PMA
0
21.06.2018 Auteur: Anti-müllérienne 59 1

Transfert embryonnaire : procédure et recommandations


 Le transfert embryonnaire (TE) est la dernière étape des techniques de PMA qui impliquent la fécondation en dehors du corps. On peut transférer des embryons à différents stades de leur développement : zygote, stade à 8 cellules (J3) ou blastocyste (J5).

  • La procédure de transfert de l’embryon ?
Dès que la fécondation en laboratoire est réalisée, on place les embryons dans un milieu spécifique pour se développer. Ensuite, on évalue leur qualité pour en choisir les plus aptes à la nidation. Les embryons de qualité seront transférés et s’il y a un excès d’embryons viables, ils peuvent être vitrifiés (congelés) pour une utilisation ultérieure.

Le transfert consiste à déposer les embryons dans la cavité utérine s l’aide un fin cathéter qui s’introduit par le vagin et passe par le col de l’utérus. La procédure est bien surveillée avec un échographe, afin de placer l’embryon, à travers le col, à l’endroit approprié. Après le placement les embryons, on retire doucement afin de ne pas provoques des contractions utérines.

Le processus ne dure que quelques minutes et ne requiert pas que la patiente reste a l’hôpital. La patiente peut ressentir une certaine gêne mais pas de douleur.
  • La qualité des embryons est importante
Les embryons créés peuvent être de bonne ou mauvaise qualité. La qualité d’un embryon est considérée un potentiel pour réussir la nidation. Cette caractéristique ainsi que la taille augmentent ainsi les chances de grossesse.

Selon la qualité, on distingue 4 types d’embryons :

Embryons de type A ou grade 1-  embryons de qualité optimale
Embryons de type B ou grade 2- embryons de bonne qualité
Embryons de type C ou grade 3 - embryons de qualité moyenne
Embryons de type D ou grade 4 - ce sont des embryons de mauvaise qualité

Les embryons provenant d’un don ou des ovocytes d’une donneuse, sont plus susceptibles à implantation, car leur qualité est meilleure juste pour raison du contrôle minutieux des donneurs.

On peut transférer des embryons frais -  si les embryons sont créés et transférés pendant le même cycle, sans être vitrifiés. Mais on a un deuxième type de transfert - transfert d’embryons congelés - les embryons créés seront congelés pour les transférés lors d’un autre cycle (cryotransfert).
  • La préparation pour le transfert, les médicaments utilisés.
Lors d’une procédure d’un transfert embryonnaire on utilise un traitement hormonal, c’est-à-dire des œstrogènes et de la progestérone pour préparer l’endomètre. Le traitement hormonal est recommandé seulement dans le cas d’un transfert en cycle artificiel et doit être administré avant et après le transfert, selon les indications du médecin.

Si on réalise un transfert en cycle naturel, on profite du cycle naturel de la femme sans administrer des doses d’hormones ou on se limite à des suppléments de progestérone.
  •  Le nombre approprié d’embryons à transférer.  
En France, y compris dans plusieurs pays de l’Europe, la législation limite le nombre d’embryons à transférer à 3, tandis que beaucoup de centres de fertilité recommandent de ne pas dépasser le nombre de 1 ou 2 embryons pour diminuer les risques de grossesse multiple.
Le nombre d’embryons à transférer est décidé en fonction des facteurs suivants :
Âge de la patiente
Qualité des gamètes (ovules et spermatozoïdes)
Qualité des embryons
Causes de la stérilité
Résultats de précédents transferts
Réceptivité de l’endomètre
Préférences de la patiente
  • Comment se préparer pour un transfert ?
Pour subir l’intervention, il est conseillé de tenir compte de quelques recommandations :
-De ne pas vider la vessie. La vessie pleine rend plus facile le transfert, car la vessie vide peut compliquer la procédure en modifiant l’angle d’introduction du cathéter --Se détendre et de ne pas contracter la musculature, sinon l’introduction du cathéter sera plus difficile. On peut aider la patiente en lui administrant un relaxant musculaire avant l’intervention.

- Ne pas utiliser de parfums, crèmes ni vernis à ongle dans la salle de transfert et au laboratoire, ces produits chimiques sont toxiques pour les ovules et les embryons.

Il n’est pas nécessaire de se présenter avec l’estomac vide, parce que ce n’est pas une intervention chirurgicale qui implique l’anesthésie.
Il vaut mieux se reposer après le transfert pendant 20 ou 30 minutes, et alors la patiente pourra reprendre les activités normales, sans faire d’efforts excessifs

Autres recommandations :
Éviter de prendre des bains pour exclure possibles infections
Boire beaucoup d’eau

Ne pas avoir de rapports sexuels jusqu’au test de grossesse
Demander l’aide du médecin dans toute situation de doute.
  • Et les embryons non transférés ?
Normalement, l’embryologue transfère les embryons de bonne qualité et qui sont les plus aptes à s’implanter. Il arrive pourtant qu’il en reste et ils ne pourront pas être transférés pendant le même cycle.

Ils seront vitrifiés (congelés) pour les conserver et seront utilisés lors d’un transfert ultérieur.

Si la patiente tombe enceinte, ces embryons cryoconservés seront utilisés plus tard si la famille désire concevoir d’autres enfants.
Le traitement de FIV sera beaucoup simplifié, car il suffira de suivre un traitement hormonal pour préparer l’endomètre et de réaliser le transfert.
Si le couple ne souhaite plus d’enfants, alors les embryons surnuméraires, il peut en faire don à d’autre couples ou à un projet de recherche. Cette procédure est accompagnée d’un consentement exprès.

Les indicateurs d'AMH

L’hormone Anti-Müllérienne est présente dans le corps des femmes dès la naissance. On sait que cet élément important est destiné pour l'évaluation de la calité des ovocytes

Sexe
L'âge et le stade de la puberté
Concentration MIS / AMH Moyenne ± ng / ml
Homme
15 jours
32 ± 8,3
15 jours - 1 an
65,1 ± 13,0
1 - 4 ans
69,9 ± 9,2
4 - 7 ans
61,3 ± 8,4
7 - 9 ans
47,0 ± 6,6
étape 1
34,9 ± 3,7
étape 2
22,2 ± 3,5
étape 3
11 ± 3,9
étape 4
6,7 ± 1,9
adultes
4,2 ± 0,6
Femme
0 - 9 ans
3,5 ± 1,8 (toujours < 10)
En âge de procréer (15-41 an)
2,1 - 7,3
Réduction de la réserve ovarienne fonctionnelle
<1,1
La forte baisse de la réserve ovarienne fonctionnelle
< 0,8

L’allaitement mixte

20 Juillet 2018 16:44

Les seins produisent de très petites quantités de colostrum. Cela est normal, car le bébé n’avale que quelques millilitres durant les premières tétées. À mesure que son système digestif s’habituera à ...

Pourquoi allaiter ?

20 Juillet 2018 16:37

Pendant la grossesse, certaines hormones préparent les seins pour l’allaitement. à la naissance, les seins sécrètent du colostrum. ce premier lait, jaune orangé, est très précieux. il contient une ...

Et moi, je mange quoi j'allaite?

20 Juillet 2018 16:28

Pour produire du lait, votre corps a besoin de calories supplémentaires. Une partie de ces calories provient des réserves que vous avez accumulées pendant la grossesse. L’autre partie est fournie par ...